Amedyaz_amazigh

Essai: Suis-je le fils d'un Barbare ?

21:32, 12/03/2007 .. Posté dans Nouvelles .. 1 commentaire(s) .. Lien Permanent
Suis-je le fils d'un Barbare?

dédié à mon frère Ali Iken


La nuit est longue et immaculée.L'écriture, quant à elle ,n'est pas du tout innocente.Me tente un sentier vierge qui me surprenne et qui soit sans bout pour ce jusqu-au-boutiste que je suis.Il n'y a plus ici qu'une joute monocorde que pérore un chante face au feu et à l'aire déserte.Disert,il l'est sûrement;mais,paraît-il,les deux tribus en guerre intestine se sont par miracle réconciliées n'ayant plus ni terre ni honneur à défendre.Le dit chantre n'a même plus d'émule à confronter.La tribu des Aïtoufella et celle des Aïtizdar qui s'entretuaient on dirait des chats et des chiens se sont mis en parfait accord avec le Makhzen,cet être fantôche qui sait parfaitement grignoter la côtelette.Le verbe demeure et se meurt car la parole jadis signe de pouvoir,n'est plus qu"aboiements et causeries oiseuses.

En lève-tôt,je range un grimoire,une théière,une poignée de thé vert de Chine,du sucre,un cahier d'écolier,un stylo à bille noir,quelques amandes succulentes grillées au terroir dans mon fourre-tout,mon bâton(celui de l'errance) à la main,ma gourde en gibecière,me chausse et m'en vais sans me retourner.Va! Ma femme Tamazight et ma fille Siman sont dans notre lit douillet.Siman,le seul prénom amazigh vivant au village,s'est réveillée et a entamé son chant matinal:dadada...aghaghagh...vavava...mamama....Elle tire les cheuveux de sa maman pour attirer son attention;mais;Tamazight savoure lézardant les derniers doux moments du sommeil.Si Siman m'aperçoit,elle ne voudra pas me laisser partir.C'est fou ce qu'elle adore que je la soulève et que je la serre contre moi.

J'emprunte une sente ancestrale battue par les piétons et les bêtes.Je dévie illico en sautant sur des galets granitiques comme un bouc.je sens l'armoise,le romarain,le thym,la lavande et autres bonnes odeurs d'herbes dont j'ignore le nom.Mon enfance se présente immédiatement.Désolé d'avoir perdu ce trésor inestimable.J'entends les écureulis grignoter les noix d'argane à l'ombre de la pierraille et les cigales qui entament leurs grésillement stridents sous un soleil qui tape net.A mesure que je gravis le mont caillouteux,je découvre les merveilles de la nature et mes instincts s'aiguisent.j'ai eu une envie insistante d'enlever mes haillons et m'étalet tout nu comme un lombric parmi les siens au sein de la nature.Chose que je me refuse car j'ai peur qu'il y ait un déserteur comme moi dans les parages.

Je prépare mon thé et croque les amandes salées et grillées.j'allume une cigarette'Casasport' et renvoie de ma bouche et mes narine une fumée épaisse.C'est le temps qui passe en vacuité et absurdité.Je laisse passer le temps.Je ne regrette pas les minutes que j'égrène oisivement,l'esprit absent.Soudain,je me dis que je dois écrire à présent car écrire est devenu pour moi un besoin quotidien comme le pain,l'air et l'eau.J'ouvre le grimoire car je ne peux écrire qu'après avoir lu.A ma suprise,je comprends que je suis considéré par les Historiens d'un fils de Barbare.Suis-je le fils d'un Barbare.


Farid Mohammed Zelhou
Amedyaz



Suis-je le fils d'un Barbare?

18:49, 12/07/2007 .. Posté par maryenutza
“je comprends que je suis considéré par les Historiens d'un fils de Barbare.Suis-je le fils d'un Barbare.”

dédié au poète Amedyaz :

Oui, t’as raison car ton écrit
Reste toujours l’état d’esprit
D’un peuple qui sourit amère,
Qui n’est barbare, qui est berbère!!!
Même si j’enseigne la géographie
Je savais peu sur ce souris
Qui, à travers de toute histoire,
Cherche à garder ses racines noires
Au prix du sang et toute souffrance…
Qui rêve sans cesse la délivrance !
Je te salue, poète berbère,
Qui charme le monde avec tes vers,
Poète amazigh au cœur,
Qui chante la joie et la douleur…

Maryenutza
www.marianadima.canalblog.com
www.marianacred.canalblog.com




{ Page Précédente } { Page 388 à 406 } { Page Suivante }

Qui suis-je?

Accueil
Mon Profil
Archives
Amis
Mon Album Photo

Liens


Catégories

Mes peintures
Mon album
Mes sculptures
Ma galerie
Mes poèmes
Nouvelles
Poème de Renée Douceur

Articles Récents

Ma mère la montagnarde ( Dédié à Adaoui Hanafi )
La barque du soleil ( Dédié à Mohamed Oussous )
Parole castrée ( dédié à Mohamed Oussous )
Destin d'une mouche ( Dédié à mon fils Yuba )
Debout,je me tiens ( Dédié à Hassan Laâguir )

Amis

midofa
douceur