Amedyaz_amazigh

La barque du soleil ( Dédié à Mohamed Oussous )

01:19, 29/10/2011 .. Posté dans Mes poèmes .. 2 commentaire(s) .. Lien Permanent
La barque du soleil


Au coucher du soleil ; à Mohamed Oussous



Quand le soleil voyage
C'est le regard qu'il attire
Une petite barque on dirait
Qui sur l'onde navigue
Des voyages le jour sent la fatigue
Son fourretout il a déposé
Les tisons de son feu sont à terme arrivés
Eteints par l'eau des ténèbres non plus avivés
La nuit a dès lors sa lourdeur imposée
Et sa couverture ayant enfilée
En mon ciel ont poussé
Des étoiles en grappes
La lune a pénétré un nuage
Qu'elle ne quitte plus ma foi
De crainte on dirait que je ne la voies
Et que ma main ne la happe
Moi le noctiluque chevalier
Dont la journée et mûre la voilà qui vient de naître
Les aigles ont de nouveau
Au coeur ouvert les fenêtres
Et s'en vont aux puits puiser
Des gouttelettes de ramage
Me voilà la djellabah d'Ounamir(1) portant
Sautant..
Je me suis accroché au firmament
Avec les fils de l'âme
Et quand souffle le vent
En mon envol me soulevant
Moi qui suis noctiluque chevalier
Me voici un conte traversant
J'ai arraché ma boule et je l'ai accrochée
En nuitard au métier à tisser
Et j'ai aperçu l'ogresse
Qui accroche son tas de mamelles qui pendent
Si elle n'avale assez de cuite nourriture
Elle mangera crue sa progéniture
Les orphelins qui encore attendent
Leurs jours ils se mettent à tuer
Le lézard a-t-il remué
Qu'en est-il de la citrouille des générations?
Le soleil dont ils vivaient des visions
A vu son feu s'éteindre
Celui dont ils avaient coutume
Ses lumières il émettra
Les foies brûlés oindra
Et les ruisseaux caressera
Des mirettes qui somnolent se dissipera
Le sommeil et chutera
Les pas pour veiller se lèveront
Sur le point de départ ils chausseront
Leurs pieds et ils s'en iront
Les uns les autres s'ignoreront
Le pied son pas il porte
Et puis il l'emporte
Pour couper à la vie un poil
La rivière t'emportera
Et au loin te rejettera
Derrière le silence tu te cacheras
La forêt qui chantera
Point tu ne l'écouteras
La fleur point tu ne reverras
Lors son miel elle offrira
Ni les jours qui marieront
Au coeur son remède !
Le soleil apparaîtra
Comme il en a l'habitude
Tel un oiseau qui se lève
Pour essayer ses ailes
Et toi tu suinteras
La terre te boira
A peine de toi on parlera
Que la parole t'oubliera
Ainsi demeurent le lézard
Et la citrouille des générations !(2)


Farid Mohamed Zalhoud


Note du traducteur:
"Aghrrabu n tafukt"(La barque du soleil) est un poème extrait du recueil "Tagldit n tiggas"de Mohamed Oussous ,poète,écrivain,chercheur Amazigh.Je l'ai traduit en langue française dans le but de faire connaître la poésie Amazigh au lectorat francophone.J'espère avoir été fidèle à l'âme du texte et à l'intention du poète.
Précisions:(1)Ounamir:personnage de la mythologie Amazigh.(2)La tribu "Aït iqjdr d uxsay"(la tribu des gens du lézard et de la citrouille) est une allusion aux naïfs.(Titre d'un recueil de nouvelles de l'auteur Mohamed Oussous).
Amitiés
Farid dit Amedyaz sur Oasis



22:19, 3/12/2011 .. Posté par Anonymous
tanemmiert nnk a ssi farid f twwuri ad taxatart lli tskart i tskla tamazight, amzruy rad ak ikti tawwuri nnk.

UNE PENSEE POUR VOUS ET VOTRE FILLE SIMAN

22:30, 27/09/2012 .. Posté par CYRAEL
mes prières vont vers vous
courage ami poète
votre peine me touche

prenez soin de vous embrassez votre petite fille
amitiés sincères



{ Page Précédente } { Page 2 à 406 } { Page Suivante }

Qui suis-je?

Accueil
Mon Profil
Archives
Amis
Mon Album Photo

Liens


Catégories

Mes peintures
Mon album
Mes sculptures
Ma galerie
Mes poèmes
Nouvelles
Poème de Renée Douceur

Articles Récents

Ma mère la montagnarde ( Dédié à Adaoui Hanafi )
La barque du soleil ( Dédié à Mohamed Oussous )
Parole castrée ( dédié à Mohamed Oussous )
Destin d'une mouche ( Dédié à mon fils Yuba )
Debout,je me tiens ( Dédié à Hassan Laâguir )

Amis

midofa
douceur