Amedyaz_amazigh

Passages de sages messages ( dédidé à Abdeslam Nassef )

02:14, 24/09/2011 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent
Passages de sages messages




Dédié à Abdeslam Nassef




A- Passion:



1)Ce dont je veux piper mot Dieu Voit l'intention

Que puis-je en tentant vouloir ces termes taire



Ne ferais-je qu'aggraver maux en attiser tension

J'aimerais d'ombre servir à ceux fouettés de braises caniculaires



Hélas à cause de ma petitesse infime infirme je suis à la locomotion

Alors à la quête moi-même je suis d'un abri séant où je me terre







2) Si seulement je pouvais ô toi à toi ressembler

Je serais volontiers tout ce qui pourrait te combler



Je me ferais remède aux peines qui te lacèrent

Et point je ne te laisserais te morfondre ô frère



Hélas seules mes mains me sont de secours

Jointes en prière à Dieu qui me Voit



Que j'invoque pour un heureux dénouement

Amen Dieu Seul Peut Soigner nos maux







B-Blessures:



1)Dure ô dure est souffrance que voici partout présente

Elle occit elle blesse elle étourdit et elle épouvante



Ton tour est arrivé tu en auras ta part toi de même

Moi itou qui te rends la réplique et en vis le dilemme



Excepté untel ayant pour refuge la forêt est épargné

Être parmi les fauves serait mieux et des gens éloigné





2) Nous ne sommes plus toi et moi qu'un et de rien différents

Magnons-nous pour le devoir et debout tenons-nous



Que rien ne nous apeure et qu'à rien ne point nous réduisons

O vie c'est l'un de tes repas que du trépas nous faisons



Que celui qui craint la mort est mort voire de son vivant

Que celui qui fréquente la forge approche le feu en l'avivant







C-Médisance:



1)Jamais je ne prendrais pour voisin quiconque ramperait sur le ventre

Je serais ébaubi s'il pouvait avaler le futé hérisson à mille malices

Comment s'y prendrait-il devant ces mille et unes épines

Acariâtres aux pinces aux doigts arracheurs de même acariâtres

Ses entrailles saigneraient de tous les mets il aurait ras-le-bol





2) Il a beau du talent être doté celui qui de nuit voudrait coudre

Ses doigts saigneraient et ne saurait aucunement le mal éviter

Le chas de l'aiguille qui guiderait son fil sans faille vers le trou

Nul n'y ferait car même à la lumière du jour ses mains tremblent









D-Réflexion:







1) L'aigle expert qui de coutume trouve sa proie et la happe

Comme bon lui semble il atterrit avec aisance et l'attrape

Il chasse toujours chaude jamais froide celle qu'il désire

Pourrait-il s'il prenait terre sans s'envoler vivre ce plaisir?





2) Il n'est nullement chose aisée pour qui voudrait roi être

Ne plus rien souhaiter si ce n'est de cécité atteint être

De mes visions je veux relater je te prie écoute-moi

Celui qui possède mille sous s'acharne à en avoir le triple

Celui qui en a trois mille voudrait des dizaines en multiple

Qui a veillé ami sois-en sûr veillera !




Farid Mohamed Zalhoud




Note du traducteur:

Petits poèmes extraits du dernier recueil en Tamazight(Berbère)d'Adbeslam Nassef,poète amazigh et membre du site www.oasisdesartistes.com pseudonommé Andam,ouvrage intitulé "Rzm Ulawn"(Ouvre-coeurs);traduits par farid Mohamed Zalhoud dit Amedyaz sur oasis.








----------------
"Je n'existe que dans la mesure où j'existe pour autrui"
Manet




Mon blog : http://amedyazamazigh.blog2b.net




{ Page Précédente } { Page 25 à 406 } { Page Suivante }

Qui suis-je?

Accueil
Mon Profil
Archives
Amis
Mon Album Photo

Liens


Catégories

Mes peintures
Mon album
Mes sculptures
Ma galerie
Mes poèmes
Nouvelles
Poème de Renée Douceur

Articles Récents

Ma mère la montagnarde ( Dédié à Adaoui Hanafi )
La barque du soleil ( Dédié à Mohamed Oussous )
Parole castrée ( dédié à Mohamed Oussous )
Destin d'une mouche ( Dédié à mon fils Yuba )
Debout,je me tiens ( Dédié à Hassan Laâguir )

Amis

midofa
douceur